La vie à N'guekokh.

.L’agriculture est la principale activité de la population ; l’arachide occupe à elle seule 40% des terres cultivées et les autres cultures 60% : mil , niébé, sorgho, melon. Les rendements sont assez faibles du fait de l’insuffisance des pluies et de la pauvreté des sols.

.Le commerce se réduit au petit commerce ; c’est un secteur de prédilection de la population vu le nombre de vendeurs et d’acheteurs dont dispose la ville. Il existe un grand marché hebdomadaire qui polarise les villages environnants et un marché quotidien.

.L’artisanat se développe à partir de nombreux corps de métiers : couture, menuiserie, forge, sculpture, cordonnerie, poterie …mais les artisans sont confrontés à de nombreuses difficultés ( approvisionnement en matières premières, accès au crédit, matériel vétuste…).

.Les groupements de femmes sont nombreux et se livrent principalement au commerce ( poisson, fruits et légumes ). De même dans l’élevage des zébus et dans différents métiers du bâtiment et de l’automobile se sont créés des G.I.E (groupement d’intérêt économique ).

.On se déplace beaucoup à pied, en voiture à cheval, en taxi- brousse. et un peu en automobile.

 

.Le réseau d’électricité couvre le centre de la ville mais de nombreux hameaux éloignés du centre n’y ont pas accès ; de même pour l’eau où deux forages alimentent seulement le centre de la ville, quant aux hameaux ils se voient équipés de puits au rythme des financements extérieurs.

.Malgré sa jeunesse et son manque de moyens la commune a à son actif des réalisations utiles à la population : la construction d’un marché couvert et d’une gare routière, l’aménagement de l’hôtel de ville, le creusement du second forage…..

.La population de Nguekokh progresse rapidement du fait d’une natalité soutenue et de l’installation dans la commune de nombreux Dakarois ; les écoles poussent comme des champignons: en 2000, 2 écoles primaires. 11 écoles en 2017.

.A quoi s’ajoutent la case des tout petits, un collège public d’enseignement moyen à côté duquel s’est construit un lycée, un foyer d’enseignement moyen pratique offrant des formations « menuiserie bois » et « menuiserie métallique »

.Plusieurs  écoles privées existent également, accueillant les élèves du CP à la 3ème, ou du CP à la Terminale.

.La scolarisation n’est pas obligatoire au Sénégal mais le gouvernement développe des campagnes pour que les enfants soient scolarisés. A Nguekokh il existe encore de nombreux enfants non inscrits et d’autres qui bien qu’inscrits ne sont pas scolarisés faute de places.

 

.En ce qui concerne la santé deux postes de santé avec à leur tête un infirmier (sous la responsabilité du médecin-chef de M’Bour) se partagent l’ensemble de la population.

.Depuis 2016, Nguekokh possède une maternité au poste n°2, financée par Teraanga et ses partenaires.

 

.La commune dispose également d’un stade de football, d’un foyer de jeunes et d’un foyer pour les femmes mais ces structures ont sérieusement besoin d’être améliorées.

Le CLAC ( centre local d’action culturelle) s’équipe peu à peu.grâce notamment aux dons venant de France ).