Historique des actions 20 ans après

La Vie économique

Envoi de matériel dans la perspective d'un projet de formation en couture pour des jeunes femmes.

(l'envoi de matériel n'est plus systématique depuis plusieurs années : Teraanga veille à identifier sur place les entreprises susceptibles de fournir le matériel adapté en fonction des besoins. Si ce matériel n'existe pas comme bien souvent, dans le cadre de la santé, le matériel sera envoyé de France.)

2008 : Renforcement et extension du réseau d'adduction d'eau potable de la ville, assainissement par construction de fosses  et préservation de la ressource en eau avec formation à l'hygiène. 

Ce fut certainement, le dossier le plus important engagé par Teraanga ces 20 dernières années. La réalisation s'est étalée sur 3 années d'exercice financier.

 

Activités génératrices de revenus

2018 : création d'une chaine de boulangeries solidaires, destinée à s'étendre sur tout le territoire du département de Mbour. La première s'est ouverte en mai 2018 à Nguekokh, emploie 11 personnes, débite 1000 pains par jour plus la pâtisserie.

Ses bénéfices, d'environ 500 à 600 € sont destinés à financer les besoins des écoles, des postes de santé et d'autres activités génératrices de revenus. Depuis sa création, elle prend en charge le salaire de l'enseignant qui encadre la classe des enfants malentendants.

L'Education

Par notre action, nous avons permi la scolarisation d'un plus grand nombre d'enfants et améliorer leurs conditions de travail par le financement de réalisations qui concernent 4 secteurs bien distincts: 
- Électrification des écoles 1 - 2 - 3
- Clôture de l'école 2 
- Puits à l'école 2 et 4
- Toilettes et douches à l'école 4

 

 

Réhabilitation d'une salle de classe et d'informatique à l'école N°1 en partenariat avec la mission locale de Vichy.

-  des livres ont été acheminés pour alimenter le rayon littérature étrangère au centre de lecture de Nguekokh et pour les écoles,

- des tables–bancs également, mais Teraanga travaille dorénavant avec le centre de formation professionnelle de Nguekokh pour faire fabriquer le matériel scolaire sur place ainsi que sa remise en état.


       

(Lors d'une de nos missions en 2012 et avec la participation active de TERAANGA-SENEGAL nous avons visité 17 écoles publiques et privées de la commune pour recencer leurs besoins, tant ponctuels que perennes. Nous avons ainsi constitué un dossier précis pour chaque école )

La classe des malentendants :

Suite au diagnostic réalisé au cours de l’année 2016, il s’est avéré que le système scolaire n’est pas en capacité de prendre en charge les enfants malentendants dans les meilleurs conditions possibles. L’un des enseignants, celui-là même qui nous a alertés sur cette problématique, a accepté de suivre une formation en France, dans le bassin de Vichy pour prendre en charge la classe des enfants malentendants quI s’est ouverte en septembre 2017.

A l’origine, 11 enfants devaient bénéficier de cet enseignement spécialisé mais certains, relevant d’un autre type d’handicap, n’ont pu poursuivre leur scolarité au sein de cette classe. Pour affiner ce projet, Teraanga a contacté une spécialiste des enfants malentendants de Dijon, le Dr Massip, connue pour ses interventions au Sénégal. Dorénavant, deux fois par an, elle diagnostique des enfants, préalablement identifiés par les enseignants ou les postes de santé comme étant potentiellement malentendants. Soit ces enfants sont appareillés s’ils peuvent l’être et intégrés dans la classe, soit ils ne relèvent pas de ce dispositif et sont orientés vers d’autres structures, si elles existent, pour les prendre en charge.

La suite de ce projet est à l’étude, notamment la création d’un centre d’accueil pour les enfants malentendants et possiblement malvoyants, en capacité d’assurer leur scolarité jusqu’à leur entrée au centre de formation professionnelle qui, pour l’instant, est la seule structure au Sénégal, habilitée par l’Education Nationale à leur autoriser à poursuivre une formation.

La Santé:

Teraanga a pu fournir une ambulance pour les 2 postes de santé.
- Financer la formation des pharmaciennes à la gestion du stock de médicaments par informatique.
- Financer un stage pour un médecin basé à l'hôpital de Mbour, ville principale située à 10km.

Mais aussi, permettre l'achat d'un complément de médicaments en période. l'hivernage (juillet / août) pour satisfaire les besoins, auprès de la pharmacie centrale de Thiès.

→ Assurer la réhabilitation des postes de santé (N°1 en 2012) et la construction de nouveaux bâtiments comme la maternité du poste N°2 en 2016. Son inauguration a eu lieu début 2017.

→ Envoyer de matériels spécifiques, impossible à trouver au Sénégal, tels que couveuses pour l'hôpital de Nbour en 2018.

→ Permettre de la formation avec l’envoi de stagiaires infirmiers, assistants sociaux et sages femmes français dans les postes de santé 1 et 2, pour plusieurs mois.

→ Faciliter un stage en France pour un infirmier d'un poste de santé (2014).

La Culture et la Jeunesse:

Plusieurs projets ont permis de mettre la jeunesse au centre des préoccupations de Teraanga :

→Création d'un Pôle Culturel et Loisirs à Nguekokh (PCL).
→Création d'une bibliothèque.

Aide aux échanges culturels avec le Centre de Loisirs de Saint-Yorre, Le Centre Social Vivasioule d'Ebreuil, Le Collège de Saint-Yorre et celui de Bellenaves, mais aussi avec des élèves du lycée Th. de Banville à Moulins.

En 2013 :

→ formation informatique au lycée de Nguekokh animé par 14 élèves de terminale du lycée Théodore de Banville de Moulins, option Sciences du numérique et informatique. Pendant deux semaines, cette formation, a permis aux lycéens de Nguekokh d’acquérir de plus grandes connaissances sur l’outil informatique.

Parallèlement, les élèves du club de solidarité internationale du lycée Banville ont conduit une action au niveau des postes de santé. Après avoir fait un diagnostic, des consommables (fil, aiguilles, coton, compresses et mercurochrome) ont été achetés en grande quantité. En effet, bien souvent dans les postes de santé, ces besoins primaires ne sont pas satisfaits.

De même, des animateurs du centre social d’Ebreuil VivaSioul sont venus échanger leurs pratiques avec les animateurs du Pôle Culturel et de Loisirs de Teraanga Sénégal sur une semaine.

En 2014 :

→ Venue en France de 11 jeunes animateurs du PCL, pour deux semaines, toujours dans l’optique d’échanges de pratiques avec le centre social Viva Sioul d’Ebreuil mais aussi pour suivre une formation au lycée Banville sur les outils internet.

En 2015 :

→ Stage de danse contemporaine : Un groupe de percussionnistes et de danseurs, déjà identifiés au sein du PCL, a pu suivre un stage de danse contemporaine à la célèbre Ecole des Sables, de renommée internationale et où vont se former ou enseigner de nombreux grands chorégraphes occidentaux comme africains. Elle se trouve à Toubab Dialaw, soit à quelques 20 km de Nguekokh et a été créée par Germaine Accogny, égérie de Maurice Béjard.

Le stage s’est déroulé pendant deux mois et à l’issue, un spectacle sur l’esclavage (commande du CD de l’Allier) a été joué en France, à Moulins, Avermes et Vichy où il a connu un beau succès.

Ces projets culturels et pour la jeunesse ont été conduits avec le Conseil Départemental de l’Allier.

 

2010-Les10 ans du jumelage.

Comment sont financées ces actions?

1) Subventions communales, départementales et régionales en fonction des projets 
2) Fonds propres (cotisations, manifestations organisées par le Comité de Jumelage Français) dont les principales sont les suivantes :
- Un loto en fin d'année,
- Une soirée /repas,concert,,,
- Un thé dansant ,
- La tenue de notre stand de vente d'objets artisanaux dans divers marchés de Noêl et tout au long de l'année sur des lieux festifs 
3) Le mécénat (Lions Club, entreprises,...),  dons de particuliers...

4) Collaboration avec des écoles locales ( ex: Vichy,La Chapelle, Arronnes).

5) Mais aussi, par le financement participatif:( ex: la maternité de P2).